Le Portait du Mois - Novembre 2017- Xavier Quedreux de la Renarde

Brasseur Sociétaire de la SCIC Malteurs Échos

Ophélie Vigarie
Ce mois-ci, nous sommes allés à la rencontre de Xavier Quedreux, propriétaire de la picobrasserie la Renarde sur Saint Remère (07700) et sociétaire chez Malteurs Echos depuis près de 3 ans.

Pouvez-vous présenter la brasserie en quelques mots ? :
C'est une picobrasserie parce que j'avais l'intention dès le départ de créer une brasserie à taille humaine, où l'on peut travailler seul, avec un minimum d'aide mécanique. Je travaille avec un système de production de 200L au gaz et je dispose de six fermenteurs de 200L et un fermenteur de 300L non thermorégulé. Je fais environ 7 brassins par mois, ce qui fait que je produis environ 130HL par an. De la fabrication à la mise en bouteille, je fais tout ce que je peux à la main.

Je produis sept bières différentes. Ma gamme est composée de 6 bières classiques (blanche, blonde, triple, IPA, rousse, brune), et une bière de saison qui me permet de continuer de laisser libre cours à ma créativité. Toutes mes bières sont bios certifiées.

J'ai bien une cuve de brassage avec un mélangeur mécanique, mais j'utilise aussi beaucoup le fourquet pour atteindre les paliers de température de mes brassins. D’ailleurs, je travaille en multi-palier selon la tradition belge.

Odoo text and image block

Quel a été votre parcours avant d'être brasseur ? :
Avant d'ouvrir la pico-brasserie, j'étais travailleur social, en éducation spécialisée. J'ai travaillé pendant 20 ans avec des adolescents, entre animation, intervention sociale et éducation spécialisée. Après ces années intenses, j'avais envie de créer une activité artisanale, mais je ne savais pas laquelle. C'est la rencontre avec un brasseur dans les Hautes-Alpes qui a fait "tilt", qui m'a donné envie de créer la brasserie. Je n’y connaissais rien, et d’ailleurs je n’y connais toujours pas grand chose ! Je suis autodidacte, c’est à dire que j’ai appris en trouvant par moi-même les informations sur la fabrication de la bière. J’ai ensuite eu la chance de faire un stage avec Florent de la Brasserie des Rieux (07), stage qui a largement contribué à me donner confiance pour me lancer. Dans le même temps, j'ai créé  ma première machine de brassage à partir des plans de la pico 100L d'Olivier Nizon de la brasserie la Chaumont'Oise.

J'ai ouvert la brasserie en avril 2016 et mes bières ont tout de suite trouvées leur public, ce qui m'a encouragé à développer ma gamme.

Depuis quand travaillez avec Malteurs Échos ? :
Je travaille avec Malteurs Échos depuis le début. Quand j'ai étudié la possibilité de créer une brasserie,  j'ai recherché des fournisseurs et c'est là que j'ai vu qu'il existait une malterie bio en Ardèche. Pour moi, ce n'était pas concevable de faire autre chose qu’une bière bio. Donc j'ai vu ça comme un signe positif qui m’a encouragé à me lancer dans mon projet.

Je suis sociétaire, parce que je veux vraiment soutenir votre démarche. Je suis un fervent défenseur et acteur de l'économie locale, artisanale et circulaire. Donc je suis prêt à accepter les contraintes de travailler avec des artisans malteurs. Je pense que c’est comme cela que l'on fait un produit vivant, local, et ça a du sens pour moi.

Des projets et envies pour la Brasserie en 2018 ? :
Mes projets sont simples : améliorer encore la qualité de mes bières pour que de "bonnes", elles passent à "très très bonnes". Je pense que ma gamme est suffisante. Je n'ai pas l'ambition de faire grossir mon activité, je veux juste développer la qualité de mes produits à tous les niveaux. C'est pour moi la manière de pérenniser mon activité.

Est-ce que vous avez brassé une Bière de Noël ? :
J'ai fait une Bière de Noël que j'appelle une bière "gâteau".  Elle est très ronde, brassée avec des malts torréfiés type Cara et Biscuit (vivement que Malteurs Échos les produisent par eux-mêmes !) et avec des notes subtiles d'écorces d'orange douce et de cannelle. C'est une ambrée qui se marie très bien avec des desserts au chocolat. Elle s’appelle "La mère Noël !".

D'où vient le nom "La Renarde" ? :
Le nom de la Renarde vient d'une vraie renarde qui est venue chez moi de 2001 à 2008. Elle a commencé à venir alors qu’elle était bébé parce qu'on la nourrissait. Même si on lui donnait à manger (des croquettes pour chat surtout), elle pouvait revenir à tout moment de la journée nous rendre une petite visite autour de la maison. Elle est même venue deux fois avec ses bébés. On a développé avec elle un lien affectif très fort qui était plus qu'une relation-nourriture.

Mes enfants l'ont appelée Rosalie, nom qui est devenu celui de ma bière rousse, "la Rosalie". Le visuelle de la pico-brasserie est chargée affectivement, car c'est un hommage à cette renarde.

Odoo text and image block
Odoo image and text block

Si vous étiez un type de bière, vous seriez ? :
Je serais une blonde classique mais avec des saveurs très subtiles et profondes qui nécessite de prendre le temps pour être dégustée.

Si vous étiez une céréale, vous seriez ? :
Le riz c'est une céréale ? Je serais du riz, de part mon lien profond avec l'Inde. La culture indienne imprègne mes bières, grâce aux vibrations de la musique indienne sacrée que j'écoute à longueur de journée dans la brasserie.

Retouvez Xavier Quedreux sur la page facebook de la Renarde