Le temps des moissons

Malteurs Echos

Une bonne récolte pour l'orge d'hiver.

L'orge brassicole d'hiver, semée l'automne dernier dans le cadre d'engagements d'agriculteurs et coopératives agricoles en Agriculture Biologique avec Malteurs Echos, a été récoltée fin juin en Ardèche,Drôme et Isère et présente des caractéristiques tout à fait satisfaisantes.

Les résultats des essais variétaux menés sur la plaine de Valence et en Sud-Isère par la Chambre d'Agriculture de la Drôme sur une dizaine de variétés d'orge brassicoles d'hiver et de printemps permettent d'avancer dans la sélection de variétés adaptées. Ils révèlent notamment:

  • un rendement correct malgré les conditions climatiques du printemps (selon les références sur l'orge brassicole en Agriculture Biologique) : entre 30 et 48 q/ha ;
  • aucune maladie significative ;
  • un taux de protéines répondant aux critères de la malterie-brasserie ;
  • un calibre élevé des grains et donc une bonne réserve en amidon;

Les productions d'orge de brasserie contractualisées sur la saison 2014-15  ont permis de récolter environ 275T de la variété GIGGA, 125T de la variété AMISTAR, 30 T de la variété SY-TEPEE et 5T de la variété ARTURIO (test). Pour chacune d'elle, les standards de qualité (taux de protéines, calibre, etc) sont respectés, ainsi que les conditions de stockage. Quelques lots ont cependant été déclassés en orge fourragère en raison d'une récolte trop précoce ou de mélanges variétaux accidentels.

Une bonne année pour l'orge d'hiver donc, à la satisfaction des malteurs puisque l'orge récoltée, une fois triée et conditionnée, fera sa rentrée à la malterie à partir de l'automne prochain !

Orge d'hiver / orge de printemps : quelle différence ?

Il existe deux types de variétés d'orge :

  • l'orge de printemps (2RP = 2 rangs de printemps), qui contient 2 rangs de grain
  • l'orge d'hiver, qui peut soit être une variété à 2 rangs (2RH) soit à 6 rangs (6RH, aussi appelée escourgeon - cf photo ci-contre)
  • L'orge d'hiver se sème en octobre/novembre et l'orge de printemps en mars/avril. Elles se récoltent toutes deux entre juin et août, avec toutefois un décalage minimal de 15 jours pour la récolte de l'orge de printemps par rapport à celle d'hiver
  • Les industriels de la malterie utilisent les deux types.

La culture d'orge d'hiver se révèle plus adaptée dans le sud de la France où les hivers sont moins humides et les printemps plus secs. Elle prend le temps de s'implanter correctement avant la période de froid, sans craindre de souffrir d'excès d'eau . Sa précocité lui permet d'éviter le risque d'échaudage (faible remplissage du grain dû à la sécheresse printanière ou du début de l'été).

Le malteur lui, observe une légère différence de comportement à la germination entre une orge d'hiver et une orge de printemps : en effet, l'orge d'hiver demande une journée supplémentaire dans son cycle de maltage, au moment des étapes de trempe et de germination.

Pour le brasseur enfin, il peut apparaître une légère différence au niveau de l'extrait, légèrement supérieur sur l'orge 2 rangs d'hiver et l'orge 2 rangs de printemps par rapport à l'orge 6 rangs d'hiver. D'une année sur l'autre, le choix de la variété, mais aussi l'influence de la météo et des choix culturaux impacteront la qualité des malts.

Vous souhaitez produire de l'orge pour Malteurs Echos, contactez Guillaume

Maltage à façon : et si la céréale de ma bière venait du champ d'à côté?

Lorsqu'un paysan-brasseur (ou un brasseur ayant acheté de l'orge biologique à un agriculteur) demande à la malterie de lui réaliser une prestation de transformation de son orge en malt, on parle de maltage à façon.

Une belle occasion de valoriser une ressource locale dans sa bière ...

Sur la saison 2014/2015, Malteurs Echos a accompagné une dizaine de demandes de maltage à façon auprès de brasseries de Rhône-Alpes, Auvergne, PACA et Languedoc.

Cette démarche se réfléchit à trois (agriculteur / malteur / brasseur) et s'anticipe au moins un an à l'avance, avant les semis, afin de choisir une variété adaptée et déterminer les volumes et le calendrier prévisionnel de maltage... Car tous les maltages de l'année ne peuvent pas être réalisés sur l'automne et doivent être répartis sur l'année.

Elle nécessite aussi de la part du bénéficiaire, d'avoir envisagé une solution de tri et stockage optimums après récolte (facteur n°1 de dégradation de la qualité de l'orge en cas de mauvaises conditions), et suppose une qualité du grain minimale pour pouvoir être malté. L'orge représente 80 % de la qualité du malt... Une mauvaise variété, des incidents de culture, de récolte ou de stockage l'amèneraient à être déclassé en fourragère.

Contactez Constance pour plus d'infos sur le maltage à façon